Entre-Voix à Dax

FESTIVAL ENTRE VOIX

La 13e édition s’est achevée samedi soir.

Maialen a interprété « Amazing grace ». ©

Photo I. Ch.

Ce 13e festival Entre Voix signe une édition riche et contrastée, à l’image de ce Chœur dacquois (CCD) fier et généreux, qui s’ingénie à offrir au public un divertissement de qualité. Des choristes qui savent recevoir et témoigner en délicatesse leur reconnaissance, en offrant des « Corons » pleins de promesses à leur parrain Christophe Piédoux et au Père…

Ce 13e festival Entre Voix signe une édition riche et contrastée, à l’image de ce Chœur dacquois (CCD) fier et généreux, qui s’ingénie à offrir au public un divertissement de qualité. Des choristes qui savent recevoir et témoigner en délicatesse leur reconnaissance, en offrant des « Corons » pleins de promesses à leur parrain Christophe Piédoux et au Père Bruno Portier, le nouveau curé de la paroisse.

Au deuxième jour, Le Chœur de l’Isle de Trélissac semblait avoir un peu la pression. Dirigés par Jean-Paul Mongibeaux, les choristes ont délivré une aubade éclectique teintée de douceur et de fraîcheur, s’épanouissant dans un beau « Nomades ».

De l’émotion :

Le meilleur restait à venir : Haïz Egoa venu en voisin de Bayonne a offert une prestation magistrale. « Le Vent du sud » qui balaie la montagne basque a soufflé avec bonheur dans la cathédrale dacquoise. Mené par la jeune et dynamique Maialen Errotabehere, le chœur a dévoilé sa justesse et sa qualité, avec une vitalité qui faisait plaisir à voir. Soutenue par les murmures masculins, la voix de Maialen a sublimé « Amazing grace » par une ferveur et une couleur exceptionnelles.

Samedi, le dernier soir, pour une mise en bouche dynamique, Christophe Piédoux a joué une « Toccata » et accompagné le CCD sur « Tollite hostia ». Le chœur La Villanelle a un peu moins séduit. Dirigés par David Godfroid, les choristes méritent des encouragements pour le choix de ce répertoire original, (dont le « Salve regina » de Pärt) mais difficile techniquement, l’accompagnement au piano était quasi inaudible. Los Coros Extremeños de Plasencia ont eu la difficile mission de conclure : beaucoup de douceur et de communion dans ce chœur mixte qui a chanté à pleine voix.

Isabelle Chambon

©Sud-Ouest du 28 septembre2015

Vous devriez lire également...

Laisser un commentaire